Pages

Thursday, 4 June 2015

Drowning in plastic 
(Level: upper-intermediate to advanced / B2 to C1 / ****


Map credit: www.h2odistributors.com
Click on map to enlarge it! 



Photo credit: www.telegraph.co.uk




You are going to read an article in The Telegraph (*)  focusing on a major pollution in the oceans caused by plastic.

(*) Drowning in plastic: the Great Pacific Garbage patch is twice the size of France.  

Click  HERE  to read the article.


A victim of the plastic pollution: a  turtle eating bits of a plastic bag
Photo credit: www.pinterest.com

A victim of the plastic pollution: an albatross after
eating colourful plastic objects, even a lighter!
Photo credit: www.planetexperts.com


Before reading:


The following words and notes could be useful:


the doldrums: zone des calmes
at the helm : à la barre
for the hell of it: parce que ça lui chantait
the seafarers: les marins
the flotsam: les épaves
to bob by: danser (sur l’eau)
jaded: las / blasé / fatigué
a drawl: voix traînante
a fine-mesh net: filet à mailles régulières
mind-boggling: époustouflant
nurdles: débris / sorte de granulés
moulded: moulé
to have a knack for…: avoir le chic pour…
pristine: parfait / d’origine / virginal
groomed: soigné / préparé
flip-flops: des tongs
entanglement: enchevêtrement
discarded: balancé / jeté
gullet: gosier / oesophage
to clog up: obstruer / boucher
cottonbud shafts: des Cotons-tiges
trash = litter / rubbish / garbage: déchets
chicks: petits (d’un animal)
filter-feeder: filtreur / suspensivore
barnacles: bernaches
woefully: terriblement / cruellement
underfunded: doté de fonds insuffisants
to tinker around: tripatouiller
shellac: de la laque / gomme
a beetle: un coléoptère
to patent: faire breveter
foam rubber: caoutchouc mousse
outpouring: émergence
the upward trend: la hausse
ubiquitous: omniprésent
scarcely out of the womb: à peine né 
dry ice: de la neige carbonique
hemp: chanvre
rubbish-strewn: jonché de déchets
daunting: intimidant
to start from scratch: partir de zéro
showcase: ± opération de prestige
erratic: irrégulier
to buckle oneself down: se mettre au boulot
for naught: pour rien
balsa logs: des rondins en balsa
hemp ropes: des cordes de chanvre
plastic lumber: sorte de charpente en plastique
to sag: fléchir
badly: mal
rods: des tiges 
to withstand: résister
sustainability: caractère renouvelable / durable
interconnectedness: aspects étroitement liés
mongering: qui colporte
to be screwed: être pigeonné
Y2K (= Year 2000) bug: le bogue de l’an 2000
to chuckle at…: rire de / glousser



DDT = Dichlorodiphényltrichloroéthane : pesticide ou insecticide chimique incolore utilisé pour détruire des insectes porteurs de maladies ou destructeurs de récoltes. Bien que ce produit cancérigène soit interdit depuis des années en Amérique du Nord, il est encore utilisé dans les pays en voie de développement.
PCB = polychlorobiphényls : dérivés chimiques chlorés. Entre 1930 et le début des années 80, les PCB ont été produits pour des applications liées aux transformateurs électriques et aux appareils hydrauliques industriels. Leurs propriétés remarquables en matière d’isolation électrique et de stabilité thermique, leur lubrification excellente et leur résistance au feu y furent bien utiles. Cependant, leur production a été interdite en 1985 lorsqu’il est apparu qu’ils présentaient un danger pour l’homme et pour l’environnement. Ils doivent être éliminés de manière contrôlée par des entreprises agréées de destruction des déchets et leur utilisation doit être définitivement arrêtée pour 2010.
PET = polyéthylène téréphtalate : un plastique. Chimiquement, (et pour simplifier), on peut le décrire comme une sorte de pétrole raffiné.


While reading:

Answer the following questions:

  1. What is the Great Pacific Garbage patch? How was it discovered?
  2. What were Moore's measurements two years later?
  3. Where does all the plastic found in the oceans come from?
  4. 'Plastic photodegrades': explain!
  5. What is meant by the 'shopping beach'?
  6. What is the direct consequence of plastic pollution? 
  7. Why should we worry even more?
  8. Plastic is absolutely everywhere: explain! 
  9. What can be done?
  10. What did de Rothschild want to highlight?










When you are finished, you can check your answers:




Une sorte de soupe marine composée de détritus flottants en plastique en tous genres (capsules ; brosses à dents ; gobelets ; bouteilles de détergent ; d’innombrables petits morceaux non identifiables…) dont la superficie équivaut à deux fois la France et dont la profondeur est de quelque dix mètres…  Cette zone a été découverte par hasard par un marin californien (aussi surfer, écolo, restaurateur de meubles…) du nom de Charles Moore en 1997 alors qu’il rentrait chez lui suite à sa participation à une course nautique…  
 


Il a mesuré...
 a) l’épaisseur de la masse des déchets (10 mètres)  et a établi ...
 b) le poids exact de ceux-ci comparé à celui des planctons (six fois plus de plastique que de planctons !)   




  • Le plastique provient des navires en tous genres qui sillonnent les océans (quelque 639.000 récipients en plastique, sachets etc… + autres déchets sont jetés par-dessus bord)…
  • 80% des déchets / objets en plastique qui se retrouvent dans les océans proviennent de l’intérieur des terres (emportés d’abord par les vents des décharges ou des camions ou trains les acheminant vers les décharges, ensuite par les cours d’eau qui se jettent dans les mers et océans, et enfin par les courants marins pour finir leur course dans des gyres…). + des granulés ou particules qui s’envolent à peine le plastique produit (lors du transport etc…)


Il n’est pas question pour le plastique de biodégradation mais bien de photodégradation : une exposition prolongée au soleil (combinée aux frottements des matières) fait que le plastique / le polymère se rompt en de morceaux de plus en plus petits…   


Une plage où l’on trouve de tout: des couches de déchets en plastique qui s’y échouent – et parmi ceux-ci : des tongs, des briquets, des ballons pour les enfants… Il suffit de se baisser et de se « servir ».



Un million d’oiseaux marins et 100.000 mammifères (tortues…) périssent chaque année pour avoir ingéré des objets en plastique  (on trouve dans les estomacs des animaux victimes des capsules, des Cotons-tiges, des seringues, des brosses à dents, des briquets, des peignes, des sachets à provision – parfois jusqu’à 45 morceaux ou objets en plastique en moyenne…). Les albatros nourrissent leus petits avec des objets en plastique qu’ils prennent pour de la nourriture…



Le plastique est présent dans chaque maillon de la chaîne alimentaire : il est présent chez les planctons, moules et autres filtreurs avant d’être avalés par les poissons qui finalement aboutissent dans nos assiettes…



Cette matière est omniprésente (depuis l’invention de la bakélite ; la prolifération des sachets à provision dans les années 50 et 60 – et après…) dans chaque étape de la vie (dès la naisance…) ; dans les choix opérés en tant que consommateurs (conservation des aliments ; consommation de l’eau en bouteilles…).
Le plastique c’est aussi 260 millions de tonnes produites en 2009 (contre 5 millions dans les années 50), c’est aussi 100 millions de tonnes de déchets qui flottent dans les océans…   



Nettoyer les océans : pas possible – et puis il y a tous ces morceaux minuscules que l’on retrouve absolument partout – En revanche, il faut changer ses habitudes : éviter d’en déverser davantage et redéfinir nos relations avec le produit et le recycler…




  • Montrer que le plastique n’est pas un ennemi en tant que tel : le tout est de le repenser ; commencer à le réutiliser ou le concevoir pour sa réutilisation. Le problème est que le recyclage du plastique est un des secteurs les moins rentables pour l’industrie concernée !
  • Renoncer en tant que consommateurs à l’utilisation de sacs en plastique ou à l’achat d’eau en bouteilles en plastique…
  • Le plastique n’est pas le seul danger : il y a aussi la surpêche ; l’acidification des eaux (due au CO2 rejeté dans l’atmosphère) dont le pH change et met gravement en danger les organismes et écosystèmes marins…







No comments: